Les communicants ont pris le pouvoir

foto1
foto1
foto1
foto1
foto1

Cap à Gauche Portiragnes 34

Un espace d'échanges et de reflexions

Calendrier

Août 2018
L Ma Me J V S D
1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31

Navigation Espace Web

Agendas
Actualité
Actualité Cap à Gauche Actualité Locale Actualité Politique Actualité Culturelle Pendant ce temps-là
Vie Locale
Publications Cap à Gauche
Politique
Culture
Expression Libre
Dossiers Thématiques
Tutoriels

Sondage Linky

Le déploiement des compteurs electriques évolués Linky est programmé pour le deuxième semestre 2018.
Souhaitez-vous l'installer à votre domicile ? :

Au secours !
Les communicants ont pris le pouvoir !

Décidément, les politiques, les élus sont progressivement réduits au silence par des communicants de plus en plus envahissants.

Indigeste lecture des communiqués tant la parole est formatée, les éléments de langage codifiés, les « buzz » pré-programmés. Cela revient à lisser outrageusement les discours. Les élus politiques, au début complices, sont désormais les victimes de ce système malsain. Les exemples sont légion. François Hollande dont le « coaching » est assuré par une quinzaine de sémillants communicants est désormais totalement inaudible tant ses propos sont « triturés » par son joyeux aréopage. Résultat, de ce fait mais pas seulement, il sombre inexorablement dans les sondages d'opinions. Le dernier avatar en date, la mise en place par le gouvernement pour sa nouvelle loi du travail d'un site avec une voix-off de communicant expliquant à la première personne du singulier ce qu'elle est. Ce que Sophie Aram, dans son billet sur France Inter, traduit par : « Kikou les potos, c'est moi la nouvelle loi du travail, et j'vous prends tous pour des cons ».

À Portiragnes, les clés de la communication viennent d'être confiées à un cabinet nîmois de communicants : conception - réalisation - conseil éditorial - impression (sic !). Autant dire que les articles de ce « mag » sont formatés, insipides et passe-partout. Ils peuvent convenir aussi bien à une commune du Gard qu'à une autre de l'Hérault. Les élus portiragnais ont quasiment tous été écartés de ce premier numéro. La seule qui a pu s'exprimer pour ses voeux de la nouvelle année, c'est évidemment Gwendoline Chaudoir. Encore un sale coup pour la démocratie participative locale.

À suivre...