foto1
foto1
foto1
foto1
foto1

Cap à Gauche Portiragnes 34

Un espace d'échanges et de reflexions

Calendrier

Décembre 2019
L Ma Me J V S D
1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31

Navigation Espace Web

Agendas
Actualité
Actualité Cap à Gauche Actualité Locale Actualité Politique Actualité Culturelle Pendant ce temps-là
Vie Locale
Publications Cap à Gauche
Politique
Culture
Expression Libre
Dossiers Thématiques
Tutoriels

Sondage Linky

Le déploiement des compteurs electriques évolués Linky est programmé pour le deuxième semestre 2018.
Souhaitez-vous l'installer à votre domicile ? :

Bientôt l'été, les congés, les vacances et les beaux jours.

Malheureusement, « la beaux jours » ont peu de chance de nous faire oublier les tracas zet les "horreurs" d'une politique qui s'annonce particulièrement dure pour les sans-grades, qui comme vous et moi, n'ont pas gagné le droit de faire partie des privilégiés et des grandes fortunes.

Nous allons très vite et peut-être pour longtemps souffrir et regretter la défaite des Gauches à la présidentielle puis aux législatives (anticipation).

Malgré les luttes sociales qui se mèneront dans la rue, ces défaites risquent de dérouler un tapis rouge à la politique néo-libérale que comptent mener Macron et son gouvernement. Les annonces et les mesures vont aller bon train, car Macron n'est pas n'importe quel président. Il est le bras armé des patrons, de la finance et des forces néo-libérales européennes. Et ils attendent qu'il aille très très vite dans les réformes. Car ils savent bien que le temps est compté. Les signes d'une forte volonté de changement sont apparus lors de la présidentielle : le score de Jean-Luc Mélenchon, le nombre de votes blancs et nuls et des abstentionnistes, et malgré son caractère xénophobe et raciste, d’une certaine façon, le vote front national prouvent que quelque chose a bougé dans les consciences même s’il y a erreur sur ce parti.

Et il leur faut tuer tout espérance dans l’œuf. C’est pourquoi, les néo-libéraux sont si pressés de réformer, et quand on dit « réformer », il s’agit bien sûr de casser les derniers services publics existants, de détricoter définitivement le code du travail pour faire de nous les flexibilisés, les précaires, les ubérisés de demain. Tout le programme qu’on nous a vendu comme un produit de supermarché ne poursuit que cet objectif. Les « grands patrons » du CAC 40 ont bien senti la menace et ont choisi par tous les moyens de nous imposer leur choix économique et de société via leurs journaux et leurs médias qui n’ont eu de cesse de nous vendre « leur Macron », qu’ils ont emballé, packagé comme ils savent très bien le faire dans toutes leurs écoles de marketing, experts qu’ils sont devenus en stimuli, en imagerie mentale. D’ailleurs cela a très bien fonctionné puisqu’on ne compte pas les gogos qui ont imaginé ou inscrit dans leur subconscient que Macron était en-dehors des partis et qu’il incarnait le renouveau que les Français attendaient et espéraient. Chapeau ! On peut réaliser la puissance de persuasion et de conditionnement des médias et des « experts », pardon plutôt des commerciaux de tout-poils chargés de vendre leur produit.

C’est vrai qu’ils n’y ont pas été de main morte puisque Macron a fait la une de tous les hebdomadaires et mensuels pendant des mois et des mois. L’argent a circulé et les réseaux fonctionné à plein régime…Ceci laisse un goût amer et n’est pas un signe de bonne santé de notre démocratie, puisqu’au final, ce sont les puissances de l’argent et du CAC 40 qui ont prescrit le choix à de nombreux Français et imposer leur diktat. Et pour être certain de voir entrer leur nouveau cheval de Troie à l’Elysée, il n’y avait qu’à se servir du Front National comme repoussoir. Une stratégie, qui a évidemment très bien fonctionné…

Maintenant, il leur faut aller vite pour aligner la France sur les règles de l’ordo-libéralisme et d'une Europe libérale. Pas question de lambiner. Tout doit aller vite et c’est le pourquoi des ordonnances dont l’objet est de détruire, sans délai, ce qu’il reste de sécurité pour les salariés, car il s’agit bien de permettre aux investisseurs de faire des affaires et de réaliser des profits substantiels…et en la matière, les idées ne manquent pas : financement des baisses d’impôts des sociétés et des entreprises par la hausse de la CSG, baisse des retraites, en attendant la grande réforme « macronienne » du travail dont on a tout à craindre…Prochainement, la liste des mesures et des lois s’allongeront à un rythme soutenu, presque quotidien, dans la voie tracée par ses prédécesseurs, Sarkozy puis Hollande, et elle concernera tous les pans de nos vies, car « l’objectif et la stratégie » presque avoués sont d’empêcher définitivement tout changement possible de direction pour que le libéralisme devienne « l’état naturel des sociétés françaises comme européennes».

Luc L. 27/05/2017