foto1
foto1
foto1
foto1
foto1

Cap à Gauche Portiragnes 34

Un espace d'échanges et de reflexions

Calendrier

Mai 2018
L Ma Me J V S D
1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31

Navigation Espace Web

Agendas
Actualité
Actualité Cap à Gauche Actualité Locale Actualité Politique Actualité Culturelle Pendant ce temps-là
Vie Locale
Publications Cap à Gauche
Politique
Culture
Expression Libre
Dossiers Thématiques
Tutoriels

Sondage Linky

Le déploiement des compteurs electriques évolués Linky est programmé pour le deuxième semestre 2018.
Souhaitez-vous l'installer à votre domicile ? :

IL FAUT CROIRE QUE LA PLACE EST BONNE

et que le vide sidéral laissé par Hollande au sommet de l’État ne demande qu'à être comblé. Il suscite bien des convoitises sur l'air de si lui a pu l'être pourquoi pas moi... Ils sont nombreux à papillonner autour de primaires.

Les primaires, concept magique censé tout résoudre et éteindre la cacophonie ambiante, est le nouveau mot d'ordre des états majors politiques relayés de facto par les Médias avec un zèle pathétique. Évidemment dans la compétition les amis d'hier deviennent les ennemis de demain, les petites phrases assassines fleurissent allégrement et percent le béton du politiquement correct habituel. Il serait alors tentant de se moquer des primaires de la droite et du centre (sic!), ne serait-ce qu'en suivant le feuilleton de la détestation avérée entre un Sarkozy à la recherche d'une immunité présidentielle, et un Juppé en quête de revanche. En fait, ils ne seraient en pré- présélection que huit. Seraient évincés, entre autres, la «si distinguée » Nadine Morano et l'inimitable Papa Gaino de la flûte enchantée, le fameux joueur de pipeau. Ce dernier déclare se présenter malgré tout. Pendant ce temps là, l'UDI tenterait de monter en douce un ticket avec Bayrou, et du côté des Le Pen tout va bien, comme l'affirme le Huffington Post du 12/09 le père financera la campagne de sa fifille avec les fonds de son micro parti.

Plus préoccupant pour nous, c'est la pagaille régnant à gauche !

On aurait pu compter sur la fête de l'Huma où la plupart des ténors de l’« autre » gauche s'était donnée rendez-vous pour mettre un peu d'ordre en cette rentrée politique, las, il n'en a rien été. Le PCF sous la direction de Pierre Laurent prône un rassemblement (sic!) de la gauche. Hollande se présentant il ne pourra donc pas participer aux primaires socialistes. Il boude la candidature de Mélenchon qui caracole en tête dans les sondages avec un score à deux chiffres. Le piège se referme d'autant plus que le PCF attend novembre pour décider d'un candidat. Si c'est Mélenchon, c'est trop tard pour en tirer tous les bénéfices, et si c'est un candidat issu de ses propres rangs, ce dernier n'est pas sûr, à trois mois des élections, de dépasser les trois ou quatre points. Il s'isole encore un peu plus en donnant du grain à moudre à ses adversaires. Mis à part le point d'interrogation sur la primaire des verts en pleine décomposition, celle initiée par le machiavélique Cambadélis pour le PS tourne à la pantalonnade. Les « frondeurs » anti Valls/Hollande sont légion à se présenter, histoire de bien disséminer leurs voix face à Hollande qui se présentera malgré une plongée vertigineuse de sa côte de popularité. Pour ce qui concerne Montebourg, très courtisé, comme le révèle le labs d'Europe 1 du 12/09, il participera à cette primaire. Moralité : je dénoncerai le bilan d'Hollande que je défendrai au final s'il est vainqueur ! La cohérence politique est à son comble. Quant au banquier Macron rattrapé par Alsthom, « ni à gauche ni à gauche », lui aussi candidat, c'est un « un artefact, un cerf-volant mais avec une grosse ficelle » ironise Mélenchon qui parti tout seul au mois de mars, est placé de plus en plus souvent dans les sondages (crédité jusqu'à 14,5 %!) devant Hollande. Pour avoir une image complète il ne faut pas omettre le NPA et LO qui veulent présenter chacun un candidat.

Bref, la maison « gauche » est en feu aujourd'hui, car si cet éparpillement devait perdurer cela ne présage rien de bon pour le second tour.

Politique 01