foto1
foto1
foto1
foto1
foto1

Cap à Gauche Portiragnes 34

Un espace d'échanges et de reflexions

Calendrier

Mai 2018
L Ma Me J V S D
1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31

Navigation Espace Web

Agendas
Actualité
Actualité Cap à Gauche Actualité Locale Actualité Politique Actualité Culturelle Pendant ce temps-là
Vie Locale
Publications Cap à Gauche
Politique
Culture
Expression Libre
Dossiers Thématiques
Tutoriels

Sondage Linky

Le déploiement des compteurs electriques évolués Linky est programmé pour le deuxième semestre 2018.
Souhaitez-vous l'installer à votre domicile ? :

C’est reparti et fini de se prélasser, bande de fainéants !
A peine rentrés, nous sommes tout de suite plongés dans le Grand Bain des luttes à venir.

Il est vrai qu’avec le gouvernement Philippe c’est du lourd...et quand on voit le mépris avec lequel Macron parle des Français et des travailleurs en les traitant de fainéants ou d’extrémistes, on est certain que cela ne fait que commencer.
Bien entendu, pour Macron et ses sbires, réformer cela veut dire épouser les idées et les 4 volontés des grands patrons d’entreprise et notamment celles du CAC 40 qui oeuvrent à faire grossir leurs dividendes. En ce sens, il est vrai, beaucoup de Français refusent encore de le suivre et c’est tant mieux. On aurait d’ailleurs pu rire de la « réaction » de cette droite dévouée au patronat si la gauche était sortie gagnante des élections et avait appliqué son programme.

Que de cris d’orfraie aurions-nous entendus et comme les plumes des éditorialistes auraient crissé pour s’insurger et empêcher tout changement de paradigme !
Macron ne cédera rien...C’est lui qui le dit. Cette volonté de fer annoncée aussi ridiculement que son appel aux propriétaires de baisser leurs loyers de 5€, nous incite cependant à une forte mobilisation et à une résistance de tous les instants.
Car Macron, au-delà de son ridicule, a lancé la machine et son gouvernement est chargé d’aller vite pour casser toutes les oppositions et faire table rase de toutes les conquêtes sociales. C’est le volet prioritaire de son action qui va de pair avec celui de la « récurrente baisse » des dépenses publiques, dans le cadre de l’ordo-libéralisme dont il s’inspire et de la politique d’austérité qui en est le bras armé.
La dette publique servant là d’épouvantail pour avancer caché vers la privatisation de tous les services publics dont on se demande comment ils arrivent encore à fonctionner malgré toutes les attaques qu’ils ont subi ces dernières années. Peut-être tiennent-ils encore debout grâce au travail opiniâtre et à la résistance des fonctionnaires, eux-mêmes, qui savent que le bien commun ne se mesure pas qu’à l’aune de la rentabilité ? Mais ne sont-ce pas justement ces valeurs liées à l’intérêt général dont Macron veut se débarrasser au plus vite pour offrir au patronat une main d’œuvre servile, ubérisée et la plus pauvre possible ?
Les terrains de bataille ne vont pas manquer et il va falloir répondre du tac au tac. Cela a commencé  ce  mardi 12 septembre et cela se poursuivra le 21 puis le samedi 23 septembre.
Mais, ces dates ne sont que le début et il faudra encore et encore se mobiliser et convaincre pour que le mouvement social soit à même de créer un rapport de force suffisant à contrer les volontés « jupiteriennes » et les reculs sociaux.


Sur le plan local, c’est presque le même tabac.

Nous avons vécu un été où, à l’instar de Macron pour les Français, Mme le Maire n’a pas hésité à déclarer son mépris à des riverains du cœur de ville qui n’ont guère apprécié et surtout pas accepté d’être pris pour des imbéciles.

Presque dans le même temps, nous avons vécu en tant qu’élus ce même dédain et un enfumage de première lors du dernier conseil municipal de juillet où une délibération d’importance a été rajoutée le jour même, contrairement à la loi en vigueur. Délibération donnant un vrai « blanc seing » à Mme le Maire qui n’a plus besoin de l’accord du conseil municipal pour passer, préparer, exécuter et régler des marchés de travaux en dessous du seuil de 5 000 0000 €, soit environ le budget de la commune.
Lors du même conseil, deux délibérations votées, ont permis le déplacement du transformateur électrique devant la façade de la cave Teyssier qui est un bâtiment remarquable et doit être protégé. Et ce, d'après nous, parce que les questions de l’emplacement de la nouvelle mairie et du déplacement du transformateur électrique n’ont pas été traitées de façon concomitante...


Le CA de Cap à Gauche a fait aussi sa rentrée et prépare activement la sortie d'une prochaine Lettre, la 16ème qui abordera de nombreux sujets de la vie locale et politique.


Mais déjà vous pouvez noter deux dates dans vos agendas :

notre repas festif,

le vendredi 14 octobre

la projection d’un film dont nous vous livrerons le titre ultérieurement, 

le samedi 17 novembre.

 

Bonne rentrée à tous

20170912 113825